AXE 3
Histoire du judaïsme
et des minorités religieuses
(XVe-XXe siècles)

 

En partenariat avec le
-

L’histoire des minorités religieuses et les études juives en particulier occupent une place importante au Centre Roland Mousnier,
qui accueille, avec le Centre Alberto Benveniste de l’École Pratique des Hautes Études, un ensemble de chercheurs titulaires et associés
intéressés par une histoire politique, économique, sociale et culturelle des juifs et du judaïsme ainsi que des minorités religieuses
à l’échelle de l’Europe et de la Méditerranée, du Moyen Âge à nos jours. Si les approches comparatives et la diversité des populations juives
ont une part majoritaire dans les recherches conduites dans cet axe, les thématiques relatives à d’autres minorités religieuses,
comme les uniates trouvent aussi leur place.

Les Sous-axes

 

Navigation

Histoire culturelle et intellectuelle
des sociétés juives du passé

Sous-axe 1

L’histoire culturelle et intellectuelle des populations juives constitue
un axe important des travaux des chercheurs du sous-axe 3.
Une attention particulière
est accordée aux sources, aux représentations et aux acteurs du judaïsme ancien ou contemporain.

L’hybridité dans le judaïsme

Jean-Christophe Attias

CNRS
EPHE
Centre Alberto-Benveniste

https://www.centrealbertobenveniste.org/

Jean-Christophe Attias développe une recherche autour de la question de l’hybridité dans le judaïsme, concept entendu au sens large, autour de trois pistes principales. La première est doctrinale et culturelle : jusqu’à quel point, dans des contextes socio-historiques variables, le judaïsme s’est-il autorisé à accueillir – en les adaptant – les apports de systèmes de pensée et de représentation concurrents, ou dans quelle mesure le judaïsme est-il lui- même le produit d’une hybridation doctrinale et culturelle ? La deuxième est sociale : de quelle manière le judaïsme, minorité dispersée, a-t-il construit des « frontières » symboliques susceptibles de le protéger de la menace de dissolution dans son environnement ? La troisième est, enfin, anthropologique : que fait le judaïsme de l’interdit du « mélange », qu’il s’agisse du mélange du semblable ou du mélange du dissemblable (mélange des semences dans un même champ, mélange des produits lactés et carnés, inceste, homosexualité, intermariage, conversion, etc.) ?

Samuel_Hugo_Bergman2
Portrait de Shmuel Hugo Bergmann

La culture juive allemande
dans les États allemands
et dans l’aire germanophone européenne

Dominique Bourel

Centre national de la recherche scientifique

Les travaux d’histoire sur la culture juive allemande de Dominique Bourel dépassent nécessairement le strict cadre des juifs présents en Allemagne ou dans l’aire germanophone européenne pour intégrer les émigrations juives de la Mitteleuropa vers le monde extérieur depuis les débuts du XIXe siècle jusqu’en 1945. Ses recherches s’articulent autour de deux figures du judaïsme qui s’inscrivent dans deux moments historiques distincts: la toute fin du XVIIIe siècle pour Lazarus Bendavid et le premier XXe siècle pour Shmuel Hugo Bergmann. Lazarus Bendavid est un philosophe et un pédagogue prussien qui, bien que mathématicien de formation, a contribué, au travers de ses commentaires de la pensée de Kant, à la naissance de la « science du judaïsme ». Avec Shmuel Hugo Bergmann, il s’agit d’un sionisme culturel et humaniste fort oublié aujourd’hui. Juif de Prague, en classe avec Kafka, Shmuel Hugo Bergmann sera bibliothécaire, puis premier recteur de la jeune université hébraïque de Jérusalem, où il enseignera la philosophie.

Histoire économique et sociale
des juifs dans l’espace européen
et méditerranéen (XVIe-XXe siècles)

Sous-axe 2

L’histoire économique et sociale des juifs d’Europe et de Méditerranée constitue un champ d’étude international
particulièrement fécond et en constant renouvellement. La grande variété des activités économiques des juifs
et la diversité de leur condition juridique et sociale dans le temps et dans l’espace est au cœur des recherches conduites
au Centre Roland Mousnier. Elles s’organisent autour d’enquêtes individuelles ou collectives
faisant la part belle tant aux archives et à la réflexion méthodologique sur les sources
qu’aux méthodes quantitatives et aux humanités numériques.

SPORES : Les familles
de la grande bourgeoisie juive parisienne :
patrimoine, spoliations et restitutions
(1940-2018)

ADP_D149E3_17

Ce projet de recherche, qui bénéficie d’un financement de Sorbonne Université de 2019 à 2021 (Programme Émergence), traite du devenir de familles de la grande bourgeoisie parisienne pendant l’Occupation sous l’angle de la spoliation économique dont elles ont été les victimes. Sa particularité est l’approche « prosopographique » retenue. Ce sont des processus individualisés, des itinéraires de spoliation qui seront mis au jour pour un groupe de familles relevant majoritairement du secteur bancaire, financier et du négoce.

IMG_8092
Porteur

Cyril Grange

Centre national de la recherche scientifique

Participante

Corinne
Gomez-Le Chevanton

Centre national de la recherche scientifique

Les élites juives dans les villes-capitales,
Berlin, Londres, Paris et Vienne,
(XIXe-XXe s.)

Cyril Grange

Centre national de la recherche scientifique

Cyril Grange développe depuis plusieurs années un programme de recherche d’histoire comparée des élites juives de Berlin, Londres Paris et Vienne de la seconde moitié du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres. Son objectif est d’établir le mode d’inscription de chacune de ces populations d’élites au sein de la communauté juive, au sein des élites locales chrétiennes et, d’une manière plus générale, au sein de la société globale, ceci notamment en fonction de la situation institutionnelle des juifs dans ces sociétés d’accueil dont la chronologie des lois d’émancipation diffère.

Géo-J : un atlas géomatique et multimédia de la présence juive en Europe du Sud (XVe-XIXe siècles)

Cet atlas a pour but d’étudier et de rendre accessible la longue histoire de la présence juive en Europe du Sud. Son format numérique et multimédia permet d’appréhender un phénomène complexe en mobilisant différentes variables et échelles d’analyse, dépassant ainsi la limite de la représentation descriptive. Construit autour d’une base de données géoréférencée, l’atlas constituera un outil de mise en œuvre et de diffusion des connaissances des sociétés juives du passé grâce aux multiples perspectives d’analyse qu’offre la variété des données issues des sources archivistiques, saisies et encodées dans un Système d’Information Géographique (SIG).

Logo-06

https://geoj.hypotheses.org/

Porteurs

Michaël Gasperoni

Centre national
de la recherche scientifique

Benoît Pandolfi

Sorbonne Université

Chercheurs extérieurs

Luca Andreoni

Chercheur associé CRM
Università Politecnica delle Marche,
UNIVPM

Davide Mano

Chercheur associé CRM
Université de Strasbourg
unistra

Signature_Universite_Strasbourg_Unistra2_Transparent
Ketubah,_Verona,_Italy,_1678_-_Google_Art_Project
Porteur

Michaël Gasperoni

Centre national de la recherche scientifique

Porteur extérieur

Javier Castaño

Consejo Superior de Investigaciones Científicas, CSIC

PICS JEuMed (PIC2017FR2) :
Les juifs dans les sociétés
de l’Europe Méditerranéenne :
une histoire de longue durée (XIVe-XIXe s.)

-Ketubbah._Venice,_Italy,_1750-
Ketubbah. Venice, Italy, 1750
(Wikimedia Commons)

Désireux de s’émanciper des approches locales trop souvent dominantes dans le champ des études juives, ce Projet de collaboration internationale (anciennement PICS, et désormais International Emerging Actions) financé par le CNRS et le CSIC, se propose d’étudier, de manière comparative et pluridisciplinaire, les populations et les sociétés juives de l’Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge à la fin de la période moderne. À cet égard, les péninsules Ibérique et italienne constituent deux points de départ et deux exemples particulièrement éclairants, placés au centre du projet.

Minorités chrétiennes

Sous-axe 3

Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, les uniates, populations de rite grec reconnaissant la primauté de Rome,
jouaient un rôle prépondérant dans la consolidation des frontières de la République polono-lituanienne et dans l’Empire des Habsbourg. Après l’élargissement du territoire russe vers l’ouest, ils subirent brimades et oppressions
qui allaient se transformer en persécutions systématiques et aboutir à l’interdiction de leurs pratiques dans tout l’Empire russe.
Médailles Uniates-2
Porteuse

Francine-Dominique Liechtenhan

Centre national de la recherche scientifique

Porteur extérieur

Laurent Tatarenko

CNRS / IHMC

Minorités chrétiennes
en Europe centrale et orientale

Cette recherche porte sur les grecs catholiques ou uniates d’Europe orientale du XVIe au XIXe siècle. Elle se déploie autour d’un projet individuel de Francine-Dominique Liechtenhan, plus concentré sur le rôle de ces minorités religieuses pendant les trois partages de la Pologne, et d’une recherche collective codirigée avec Laurent Tatarenko (CNRS/IHMC) et conçue sur la longue durée, allant de l’Union de Brest (1596) au décret de Nicolas Ier forçant les uniates à rejoindre l’Église orthodoxe russe (1839). L’objet de cette enquête, qui englobe l’histoire politique, l’histoire des religions, l’histoire sociale, l’histoire économique, mais aussi l’histoire culturelle de populations transnationales, sera d’examiner la place de l’uniatisme ou de l’anti-uniatisme dans la reconfiguration des appartenances et la politisation des populations locales.

Atanazy Szeptycki